Ramsay Santé
Hôpital privé de la Seine St-Denis

L’hypertension artérielle : un danger silencieux

Article le

La pression artérielle systémique correspond à la pression du sang dans les artères qui amènent le sang oxygéné du cœur vers tous les organes du corps. On parle d’hypertension artérielle lorsque la pression exercée par le sang sur les parois des artères est trop élevée.

À l’hôpital privé de la Seine Saint-Denis, le docteur Abdelhamid Bentounès1, cardiologue, ancien professeur des universités et expert européen de l’hypertension artérielle, reçoit quotidiennement des patients souffrant de cette pathologie. Bien souvent, les symptômes sont silencieux, non perceptibles sans un examen de contrôle. Prévention et explications avec le spécialiste.

Prise en charge et traitement

Au sein de l’hôpital, trois cardiologues prennent en charge les patients qui se présentent au service de médecine spécialisée dans l’hypertension artérielle et les pathologies du cœur. « Nous assurons les consultations, les astreintes et le suivi des personnes hospitalisées, explique le Dr Bentounès. Parallèlement, nous bénéficions d’équipements à la pointe permettant de réaliser tous types d’examens et d’interventions pour des rendus de diagnostics complets ».

Échographies cardiaques, tests d’effort, holter ECG2, MAPA3,  index de pression systolique4 échographie transoesophagienne ou encore polygraphie ventilatoire5 : aucune piste n’est laissée au hasard pour détecter l’hypertension artérielle. « Nous réalisons sur place toutes les investigations possibles en cardiologie, précise le spécialiste. Une fois le diagnostic posé, nous pourrons prescrire le traitement adapté et souvent... à vie. L’hygiène alimentaire va aussi beaucoup contribuer au rétablissement ».

Le maître-mot reste la prévention

Dans la majorité des cas, les patients souffrant d’hypertension artérielle ne perçoivent pas de symptômes... « Les Anglo-Saxons parlent de silent killer. Il s’agit souvent d’une découverte fortuite à l’occasion d’un examen de contrôle…, décrit le Dr Bentounès. Il est important de sensibiliser un maximum de personnes sur les risques d’une détection trop tardive de l’hypertension artérielle, pouvant alors provoquer un AVC, un infarctus ou encore impacter les reins, le cerveau ou le cœur... ».

À partir de la cinquantaine, un contrôle annuel chez un spécialiste est recommandé.

En attendant, « il peut être très simple de suivre sa tension à travers l’auto mesure tensionnelle, introduit le cardiologue. Cela grâce à la règle des 3 (disponible sur le site de l’Assurance Maladie = lien https://www.ameli.fr/val-de-marne/assure/sante/bons-gestes/petits-soins/prendre-tension-arterielle-domicile) ».

 

 

1 Auteur de l’ouvrage « L'hypertension artérielle : pratique clinique » avec Michel SAFAR, aux éditions ELSEVIER / MASSON.

2 Dispositif permettant d'enregistrer, pendant 24 à 48 heures, l'électrocardiogramme d'un patient.

3https://ramsaygds.fr/vous-etes-patient-en-savoir-plus-sur-ma-pathologie/...

4 Rapport entre la pression artérielle systolique mesurée à la cheville et la pression artérielle systolique brachiale.

5 Méthode utilisée dans l’observation ou la recherche d’apnée du sommeil. Cette dernière est souvent associée à l’hypertension artérielle.

 
Article précédent

avecvous.fr : le site internet qui prend soin des soignants

La Direction de la Santé mentale du Groupe Ramsay Santé a créé un site internet ouvert à tous les professionnels de santé, afin de les accompagner dans la...

Article suivant

"On l'oublie vite, c'est comme en plongée" : ils racontent leurs journées entières avec un masque

Un journaliste de LCI a interviewé le Dr Mohamed Derder, chirurgien plasticien à l'Hôpital Privé de la Seine Saint Denis sur le port du masque.